jeudi 13 septembre 2012

Le trouble fête









2 commentaires:

  1. merci gilbert pour ces moments de pure poésie (rien de tel que le corps d'un homme nu pour éveiller la tendre grâce qu'il y à en chacun de nous).

    RépondreSupprimer